Mes pièces de théâtre

Mes pièces sont livrées "clé en main" c'est à dire avec la bande son calibrée et l'ensemble des visuels.

Sur simple demande, je peux réaliser pour vous l'affiche s'y affèrant.

Un dîs àlles weije de Crise (nouvelle version réactualisée 2021)

  • Année : 2012

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2 h 30

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 4 (Interchangeables)

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 4 (Interchangeables)

  • Nombre de figurants : 0

Synopsis :

(Réadapté à la situation de 2021)


La crise sanitaire liée à la COVID19 a fait bien plus de victimes que l’on s’imagine. André et Marlène Gaasmàn en sont la preuve vivante. Retraités avec une pension on ne peut plus ridicule, acculés par les charges, ils ne parviennent plus à boucler leurs fins de mois et s’enlisent chaque jour un peu plus dans le surendettement.


Les idées pour se sortir de cette impasse ne manquent pas, mais choisiront-ils la bonne ? Vous rajouterez à tout cela un propriétaire peu scrupuleux, une assistante sociale véreuse et des satellites aux caractères bien forgés.


Le temps aura toutefois eu raison de la fulgurante ascension sociale du couple Gaasmàn, mais attention aux revirements inattendus ! Rira bien qui rira le… et là encore ce n’est même pas sûr !

Im Nàme vum G'setz

  • Année : 2006

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2h30

  • Nombre de comédiens : 11

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 5 impératifs

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 2 impératifs

  • Nombre de figurants : 2

Synopsis :

Cette farce judiciaire en trois actes pour onze comédiens et figurants se déroule en trois étapes et ans des lieux différents. Le premier acte a lieu au domicile de la famille MEYER, une famille jusqu'ici sans histoire. Une récente plainte déposée au commissariat de secteur, par un jeune homme victime d'une tentative de viol, mène les enquêteurs au domicile du couple MEYER. Les indices motivant l'interpellation du couple sont graves et concordants. On retrouve lors de la perquisition, tous les effets décrits par la victime. Une perquisition quelque peu mouvementée, interrompue par Marie-Madeleine, la grand-mère, Mélanie, la petite-fille âgée de 8 mois et PEPETE... Le chien. Bref, une véritable mise en bouche!... Le second acte voit le

jour dans les locaux du commissariat de police où auditions et confrontations se succèdent, les uns rejetant la faute sur les autres. En finalité, on assiste à un revirement de situation dans ce sens où la victime reconnaît formellement la grand-mère, venue s'enquérir de la situation, comme étant l'auteur de son agression. Une fois de plus, la police a été dupée par les apparences! Tous les ingrédients sont ici réunis pour un second acte pour le moins sarcastique!... Le dernier acte va clore la situation, puisqu'il s'agit du procès de mamie Marie-Madeleine. Lors de ce procès, nouveau revirement de situation. En fait, la victime n'est pas si victime qu'elle en a l'air. On découvrira que Benoît HAASENFRATZ, victime supposée est en fait l'agresseur de Marie-Madeleine. Celle-ci, dépouillée de son dentier lors de cette agression, fera des pieds et des mains pour parvenir à le récupérer. Elle s'armera du pistolet de son gendre avant d'enfourcher la moto de ce dernier. Après avoir longuement patrouillé dans le quartier, elle tombera nez à nez avec son agresseur à qui elle fera passer l'envie de voler. Benoît HAASENFRATZ aura finalement déposé une plainte imaginaire dans le but de se faire rembourser ses lunettes cassés...

„Au nom de la loi, je vous arrête“... Monsieur HAASENFRATZ!... Particularité de cette pièce, trois décors totalement différents mais extrêmement simples et aisés à mettre en place puisque basés sur la même structure

Wild West Charivari

  • Année : 2007

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2 h 30

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 6 ou 5

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 4 ou 5

  • Nombre de figurants : 3

Synopsis :

Wild West Charivari est la première vraie comédie « Western » en dialecte alsacien. Tout se passe dans un Saloon, le dernier du genre à Kansas- City… Le fil conducteur

de cette comédie est un trésor colossal que doit hériter Donald Mc BURGER, le cowboy le moins futé de sa génération. Une lettre inattendue va venir bouleverser la vie

jusque là paisible de cette lointaine contrée de l’ouest américain. Wild West Charivari est un subtil mélange de situations, de genres et d’émotions. Au fil des actes, le caractère de chaque personnage se précisera. Certains deviendront attendrissants, d’autres plutôt détestables. Un incident majeur poussera chacun des personnages à recentrer le débat autour de certaines discriminations. A l’issue, ceux qui jusque-là étaient mis à l’écart, seront valorisés et retrouveront leur véritable place dans la

société. Avec cette nouvelle comédie, je vous livre un parfait cocktail d’humour et de tragédie. Alors, rêve ou réalité ? Vous le saurez en lisant : WILD WEST CHARIVARI

Lonn mich sterwe

  • Année : 2008

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2 h 30

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 2 ou 4

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 6 ou 4

  • Nombre de figurants : 0

Synopsis :

Il va de soi que la mort n’a jamais été sujette à la rigolade. Avec cette comédie que l’on pourrais qualifier de «mortelle», je vais tenter de vous apporter la preuve du contraire. Quelle serait donc votre réaction, si vous découvriez, au saut du lit, dans le journal local, une annonce mortuaire annonçant votre décès ? C’est justement ce qui arrive à Bernard, père de famille jusqu’ici sans histoire. Cette mauvaise blague aurait très certainement vite été oubliée si Jean-François BIENESTICH, un assureur «Tiré à quatre épingles» n’était pas venu mettre toute une famille en haleine en voulant remettre un chèque d’un montant exorbitant à la veuve… qui ne l’est pas tant que cela.

En lisant «Lonn mich sterwe !» vous allez pouvoir suivre les pérégrinations d’une famille somme toute ordinaire dans une situation pour le moins extraordinaire! Bref, à mourir de rire !...

Oh jesses dîs auw noch!

  • Année : 2009

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2 h 30

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 3

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 5

  • Nombre de figurants : 0

Synopsis :

Il va de soi que la mort n’a jamais été sujette à la rigolade. Avec cette comédie que l’on pourrais qualifier de «mortelle», je vais tenter de vous apporter la preuve du contraire. Quelle serait donc votre réaction, si vous découvriez, au saut du lit, dans le journal local, une annonce mortuaire annonçant votre décès ? C’est justement ce qui arrive à Bernard, père de famille jusqu’ici sans histoire. Cette mauvaise blague aurait très certainement vite été oubliée si Jean-François BIENESTICH, un assureur «Tiré à quatre épingles» n’était pas venu mettre toute une famille en haleine en voulant remettre un chèque d’un montant exorbitant à la veuve… qui ne l’est pas tant que cela.

En lisant «Lonn mich sterwe !» vous allez pouvoir suivre les pérégrinations d’une famille somme toute ordinaire dans une situation pour le moins extraordinaire! Bref, à mourir de rire !...

Dîgg'i Lùft

  • Année : 2010

  • Nombre d'actes : Succession de plusieurs scenettes

  • Durée :

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 1 (ou plusieurs)

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 1 (ou plusieurs)

  • Nombre de figurants : 0

Synopsis :

Sur le principe de la série télévisée« Un gars - Une fille », la présentecomédie relate le quotidien d’un couple àla dérive. Elle est divisée en 9 tableaux totalement distincts avec pour filconducteur, des situations simples qui finissent systématiquement en eau deboudin. Cette comédie, qui se veut résolument contemporaine, peut êtreinterprétée, soit par deux comédiens, soit par plusieurs.

Elle pourra être jouée soit sur fond noir, avec des décors amovibles, soit dans un décor fixe, à votregoût. « Dîgg’i Lùft » est l’enchainement de petites scènes de ménage, que nousavons toutes et tous certainement déjà vécues. En guise d’introduction desdifférents tableaux, on pourra utiliser les panneaux joints à la fin de cetteoeuvre. On ne donnera aucune autre indication au public.

D'Biss-Zàng

  • Année : 2011

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2 h 30

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 3 ou 4

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 4 ou 5

  • Nombre de figurants : 0

Synopsis :

« D’Biss-Zàng » où tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la douce (amère)relation d’une mère–poule avec Tanguy, son fils unique, célibataire de surcroît.Arrive le jour où Tanguy décide de quitter le cocon familial pour se mettre encouple.

La possessivité maternelle est à son summum. Dès la présentation de l’éluede son coeur, que de subterfuges élaborés par la mère pour habilement anéantir àjamais cette union ! Oui, elle va montrer sa vraie nature. Sa méchanceté et samachiavélique ingéniosité qui en exacerberont plus d’un. A force de manipulations,de remarques cinglantes et d’inventions maléfiques, la mégère réussira à semer le doute dans l’esprit de la future mariée. De même, elle parviendra à faire douter lespropres parents de la promise, sur le bien fondé de ce mariage.

L’apparition d’uneconquête pour le moins exubérante anéantira définitivement tout espoir de viecommune pour nos deux tourtereaux. Au final, des révélations étonnantesamèneront une fin inattendue à cette histoire, dans un quiproquo concrétisé par uncadeau postal encore plus inattendu, mais d’une criante symbolique….

Alli în deckùng

  • Année : 2010

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2 h 30

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 4

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 5

  • Nombre de figurants :

Synopsis :

Un sujet apocalyptique anime le conseil municipal decette paisible cité alsacienne… Selon les dires de plusieurs oracles, la fin du monde est proche, très proche : 14 juillet. Eh oui, croyons-en le prophète Nostradamus dont le Maire, André GAASMANN, est le plus grand fan. Que faire pour protégerl’élite communale ? Un bunker, ingénieusement imaginé par un architecte de renomet construit secrètement dans les jardins privés du Maire sous la houlette d’un Directeur technique dévoué.

Les occupants vont être sélectionnés sur le volet : Detoute évidence, les places de choix seront réservées au maire et son autoritaire épouse Brigitte, préoccupée par sa propre mère clouée dans un fauteuil roulant.Puis les proches membres du conseil municipal : les époux infidèles Norbert etMonika, respectivement 1er - 2e adjoint, la truculente secrétaire de MairiePriscillia, le directeur technique bien évidemment et le médecin de famille,soucieux du traitement placebo du premier magistrat communal.

Tout ce beau monde va tant bien que mal cohabiter dans le bunker jusqu’à l’arrivée d’Irène,meilleure amie de Madame le Maire, porteuse d’une révélation intéressante. Cette fin du monde annoncée une multitude de fois depuis des millénaires par plusieursprophètes empêchera t-elle notre bonne vieille terre de continuer à tourner ?

Nous sommes toujours là ! Alors pas de panique… Le calendrier aura-t-il ses raisons ?…

Schlîmmer kànn's jo nît wäre

  • Année : 2014

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2 h 30

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 3 ou 4

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 4 ou 5

  • Nombre de figurants : 0

Synopsis :

A l’heure où dans notre pays le nucléaire est au centre de tous les débats et après la catastrophe de Fukushima, l’Alsace, très attachée à ses valeurs, a fait le pari d’en finir avec cette bombe à retardement qu’est le nucléaire. Seulsrésistants, une famille atypique installée à quelques mètres à peine d’une centrale nucléaire vouée à la destruction, farouchement opposée à ce projet et donc à leur délocalisation.

Un policier, muté disciplinairement à Fessenberg, village quasi désaffecté et dont le rôle est d’assurer la sécurité de cette famille en proie des militants anti-nucléaire, se montrera un peu trop présent.

Au final, le Ministre en charge de l’écologie se déplacera personnellement sur le site pour tenter de ramener les éternels contestataires à la raison. Là, il tombera en amour de Marie-Louise la, ou plutôt les filles du couple, s’agissant de sœurs siamoises…

Le Ministre, le policier et son envahissante épouse, finiront par se ranger aux cotés des résistants et tenteront d’inverser la vapeur.

Par voie officielle on apprendra que la bonne vieille centrale nucléaire sera épargnée de la démolition pour être transformée, à grand renfort de deniers publics, en mosquée. La réponse apportée par les autorités, saura-t-elle calmer la colère grandissante de la « Mùckenstùrm –Connection » ?

« Tel est pris qui croyait prendre » voilà une expression qui dans cette pièce, prendra tout son sens.




Wàs îsch jetzt dîs fîr ein'r?

  • Année : 2015

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2 h 30

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 4 à 6

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 4 à 6

  • Nombre de figurants : 1

Synopsis :

Dans un petit hôtel cossu, la veille de Noël, le corps sans vie d’un homme en smoking est retrouvé. Personne ne connait cet homme ni les raisons de sa présence.

Plusieurs hypothèses : un notaire ou Rudi, le futur gendre helvète… Le saura-t-on vraiment un jour ?

Un curieux dilemne se pose alors pour Jeanne & Jacky, un couple d’hôteliers : faire appel à la police ou se débarrasser tout bonnement du corps ? L’idée de faire disparaître le corps est retenue, enfin imposée par Jeanne, une femme de caractère.

Si creuser une tombe n’a posé aucun problème majeur, faire sortir le corps de l’établissement s’avèrera un peu plus périlleux.

Tout est bien qui finit bien jusqu’à l’intervention d’un duo de fins limiers de la gendarmerie quelque peu intrigué par la livraison d’un curieux colis….




Ohne Fraue geht's àwer aue!

  • Année : 2015

  • Nombre d'actes : 3

  • Durée : 2 h 30

  • Nombre de comédiens "Hommes" : 3 à 5

  • Nombre de comédiens "Femmes" : 3 à 5

  • Rôle subsidiaire ou simplement voix "off": 1

Synopsis :

Deux couples avec (grands) enfants se partagent une maison dans le cadre de l’habitat participatif. Au bout de quelques mois, la cohabitation devient difficile, voir insupportable, surtout pour les femmes puisque ces messieurs eux, semblent avoir retrouvé leurs vingt ans.

Excedées, les femmes décident de reprendre la situation en main. Pour y parvenir, elles imposent aux hommes d’intervertir les rôles. Celui de la femme sera désormais assuré par les hommes et vice et versa.

Mais jusqu’où cette expérience menera nos deux couples ? La plaisanterie sera poussée à son paroxysme, allant jusqu’à simuler deux grossesses. Ces messieurs, qui endosseront leurs nouveaux rôles à la perfection, vont-ils finir par retrouver leurs places au sein de la maison ? Vous le saurez en lisant « Ohne Frauie geht’s àw’r auw ! »